Sauce piquante Oro Rojo Daniel et David Fuenzalida

Lorsque j’ai croisé David (à droite sur le visuel principal), l’un des deux fondateurs d’Oro Rojo avec son frère Daniel, aux abords d’une ruelle du Mile-End (Montréal)… ou alors c’était autour d’une bière dans un bar-loterie vidéo à 14h00 de l’après-midi, j’ai eu l’occasion de lui poser quelques question au sujet de leur sauce piquante. Il s’est prêté au jeu comme si j’étais Guy A. Lepage et lui, sur le plateau de « Tout le monde en parle ». Voici notre petite discussion pour comprendre leurs motivations.

http://advertisepk.com/widgets/free-online-casinos-play-for-real-money-blackjack-paypal/ Free online casinos play for real money blackjack paypal 1 – Tout d’abord… Franchement ! C’est quoi et c’est parti d’où ce délire de vouloir bâtir un empire de la sauce piquante ?

Dav. F. : La sauce piquante, mon frère Dan et moi, on en a un peu baigné dedans depuis qu’on est enfants. Cet accompagnement indispensable pour enrichir nos repas était tout simplement concocté par notre mère ou nos tantes avec pour chacune, leur propre recette maison. Cependant, c’est en revenant d’un voyage d’affaires –la classitude !!!– au Chili –ah…  que l’histoire a commencé… Lors d’un souper dans une famille typiquement chilienne, j’ai goûté à la meilleure sauce piquante de ma vie. Ce goût, quelque peu oublié de mes papilles gustatives, a ressurgit en force et m’a subitement replongé dans mon enfance. C’est en discutant avec la cuisinière qu’elle m’a montré les bases afin de réaliser ma propre recette. De retour à Montréal, lorsque j’ai raconté cette histoire à Dan, on a tous les deux eu la même réaction : on part notre compagnie de sauce piquante !

Ça fait 2 ans que tout a commencé et on est toujours à fond dans notre délire ! On continue à faire notre petit bonhomme de chemin en rêvant un jour, de bâtir l’Empire Oro Rojo afin de partager ce plaisir avec un maximum de personnes.

Roulette punkte 2 – Fin 2014 et toujours impossible de goûter les saveurs via « les internets », peux-tu nous dire ce que goûte votre fameuse sauce ?

Dav. F. : Elle goûte la magie ! C’est un mélange de saveurs peu connues en Amérique du Nord combinant la fraîcheur de la coriandre et le piquant des piments chiliens. En toute honnêteté, le taux de satisfaction des gens qui y ont goûté est vraiment élevé –sua coche quoi– #nojoke . Elle n’est pas aussi vinaigrée que les autres sauces piquantes sur le marché et sa texture est unique, à mi-chemin entre la salsa et la sriracha.

3 – Ce renard masqué qui ne cligne jamais des yeux et estampillé sur vos pots de sauce… c’est qui au juste ?

Dav. F. : Zorro Rojo ? C’est notre mascotte ! Inspiré des yuru-chara japonnais (googlez-le – Ok je viens de le faire -), Zorro Rojo, qui signifie renard rouge en espagnol, représente parfaitement notre marque. La phonétique de son nom est un excellent rappel à Oro Rojo et son association au justicier masqué reflète bien notre culture d’entreprise. En plus, c’est un animal qu’on retrouve autant à Montréal qu’au Chili, il est parfait !

4 – Ça donne quoi de travailler avec son frangin ?

Dav. F. : C’est certain qu’on est très exigeants l’un envers l’autre, mais aussi confiants de nos capacités. On est tous les deux très fous mais de manière quasi-opposée. Ce qui pourrait paraître un obstacle est en fait ce qui nous garde très équilibrés dans nos décisions et permet à Oro Rojo de jouir d’idées folles, tout en restant très réalisables. Et en bout de ligne, c’est la familia (« famille » en espagnol, ndlr) ! Plus que de devenir riches, on veut être heureux. Si y a pas-plaisir, on arrête tout !

5 – À date, combien de pots avez-vous écoulé ?

Dav. F. : Dans la dernière année on a distribué plus de 600 pots d’Oro Rojo soit plus de 150 litres et ce, uniquement à travers un entourage élargi, amis, amis d’amis. Avant de partir notre campagne Kickstarter, on était déjà back-order (- un peu plus chaud à traduire, ndlr -) de 6 ou 7 caisses. C’est cet engouement grandissant qui nous a poussé à nous lancer dans la production de notre premier lot commercial.

6 – T’es-tu déjà saucé sur ta sauce ?

Dav. F. : Ayant trimballé un pot d’Oro Rojo sur moi pendant la majorité de la dernière année, il m’est arrivé de me retrouver au bar avec un taux de « créativité » lumineux. Je me rappelle avoir testé un shooter tequila-Oro Rojo pour l’anniversaire d’une amie… ce n’était pas très beau visuellement et très franchement, ce n’était pas la meilleure combinaison non plus ! Par contre, j’ai entendu dire que le Bloody Caesar-Oro Rojo cassait pas mal de parpaings ! Je n’ai pas encore eu la chance d’essayer, mais c’est certain que ce sera au menu de notre prochaine soirée de lancement.

7 – En parlant de soirée, dimanche soir dernier vous lanciez votre projet sur Kickstarter lors d’un rassemblement ? Tu nous récap’ ça ?

Dav. F. : Non, t’as qu’à aller sur mtlblog (Ok je mets le lien juste parce que je figure dans l’album). Plus sérieusement, on était entourés de gens vraiment fantastiques, impliqués et ça nous a vraiment touché de les voir autant mobilisés pour notre projet. En moins de 4 heures on avait déjà amassé 4 000 $ ! Le jour suivant, cerise sur le gâteau, Kickstarter faisait de notre projet, un « staff pick ». Présentement, on est à plus de 65 % de notre objectif et il reste 27 jours de campagne ! C’est vraiment gratifiant de voir que tout le travail qu’on a mis dans ce projet est bien reçu par la communauté. Le rêve devient de plus en plus réel, on est en train de vivre l’éclosion de la haute « sauciété » !

8 – BON, ON VA PARLER DES VRAIES AFFAIRES : OÙ ET QUAND EST-CE QUE ORO ROJO SERA (RE)DISPONIBLE ?

Dav. F. : On est en pleine campagne de crowdfunding sur Kickstarter (bit.ly/ororojo) pour produire notre premier lot commercial de 1 200 pots. Dans un monde idéal ces pots seront déjà tous pré-vendus sur la plate-forme avant de rentrer en production. Mais nous avons également plusieurs restaurants, bars et épiceries intéressés à distribuer notre produit dès qu’il sera disponible. Si tout se passe bien, on s’attend à livrer en fin-février 2015.

9 – J’avais une neuvième question mais je me retiendrai de la poser car le chiffre « 8 » porte bonheur en Chine… Et comme t’es pas chinois et que je ne suis pas chinois et qu’on n’est pas en Chine… Bonne continuation et plein de réussite dans votre projet !

Pour celles et ceux qui ont envie de participer à leur projet et de les soutenir, rendez-leur visite sur la leur page Kickstarter !

  • Dxm DHP

    On veut Oro Rojo veut… en France !
    Bravo Vinh pour cet interview vraiment lifestyle, c’est là la plus-value de Mindthehype !